Samedi, 24 juin

VÉRITÉ

La vérité que nous voyons aujourd'hui est que l'humanité est une famille globale. À L’Arche, grâce à notre présence dans 37 pays, nous avons le privilège de voir cette vérité de près. Chaque culture est précieuse, chacune se développe et nous pouvons apprendre les uns des autres.

L'Arche rapproche le monde pour tenter de faire communauté. C'est le chemin à parcourir.

Te Aroha, te whakapono, me te rangimarie tatou tatou e

Que veulent dire ces mots ? Si vous êtes maori de Nouvelle Zélande, vous avez un grand avantage. Et alors pour nous autres ? Et bien, nos autres voix tout de même ont entonné ce matin à Belfast ce chant, sans vraiment comprendre le sens des mots certes – mais pas seulement parce que la mélodie était entraînante. 

D’abord, nous l’avons chanté parce qu’on voulait vraiment entrer dans un esprit de bénédiction, autant pour Patrick et Eileen, au moment où ils ont enlevé pour la dernière fois leurs casquettes de capitaine, que pour Stephan et Stacy, au moment où ils prennent la responsabilité de la Fédération pour les cinq prochaines années. Et aussi pour Alison, la présidente du Conseil de Surveillance International, et ses quatre nouveaux membres. 

Nous avons chanté ce chant de bénédiction maori pour chacun d’eux. Selon notre constitution, l’Assemblée de la Fédération est habilitée à approuver les rapports internationaux, le mandat de 2017-22 et nommer les nouveaux Responsables Internationaux et les membres du Conseil : une responsabilité solennelle et partagée. Ici à Belfast ce matin, nous avons assumé cette responsabilité. Et puis nous avons chanté notre solidarité les mains posées sur les épaules de nos voisins. Quelle puissance  de soutien dans ce geste ! Plus de 500 personnes de 37 pays réunies dans un même lieu pour assumer cette responsabilité ! Avec à l’esprit, les milliers d’autres personnes que nous représentons à travers le monde. 

Te Aroha, te whakapono, me te rangimarie tatou tatou e. 

D’autre part, notre chant était un acte de grande confiance. Une confiance…

…en les personnes qui ont mené le processus qui nous a permis de nommer ces responsables, approuver ces rapports, et lancer ce mandat… 

…en notre route à venir ensemble avec nos nouveaux responsables.

… entre chacun de nous, les cœurs ouverts tournés vers un avenir inconnu mais toujours plein de promesses.

Te Aroha, te whakapono, me te rangimarie tatou tatou e. Où que vous soyez, nous sommes ensemble.

» Télécharger la version espagnole

«Fais ton chemin en marchant…» 

Ce sont les paroles que Ruth Patterson, ministre presbytérien et artisan de paix à Belfast, nous a partagé cet après-midi. Et pour construire une communauté mondiale de paix, la seule façon c’est vivre ensemble. Pas forcément sous le même toit, ça va de soi. Seulement voilà: on n’a pas besoin de tout prévoir à l’avance. Il ne s’agit pas de tomber juste du premier coup: les chemins se font chemin faisant. 

Et nous faisons le chemin ensemble; à l’instar des danses de miroirs qu’on vient de faire: la main droite de votre partenaire se déplace et ondule dans l’air; vous faites de même. Sa tête tourne; vous tournez la vôtre. Ce n’est pas compliqué: il faut porter attention et faire de son mieux.

Les vieux chemins peuvent parfois nous faire tourner en rond. Des nouveaux chemins: ce n’est pas un luxe, c’est une nécessité: «J’ai été une victime. J’ai été un survivant. Maintenant je veux vivre.» Une dame avait confié ces paroles à Ruth. Ces deux dames ne sont que deux parmi les nombreux partenaires de L’Arche qui dansent leur chemin vers la paix. 

L'Arche s’est mise à écouter les voix musulmanes dans ses communautés; voilà un nouveau chemin emprunté à L’Arche. Patrick Fontaine nous a partagé l’histoire de ces rencontres. Où ce chemin nous mènera-t-il? Nous ne le savons pas; tout ce que nous savons c’est que s’il y a tant de diversité à L'Arche, ce n’est peut-être pas pour rien! Il faut faire un lien avec le reste du monde pour l’aider à mieux vivre sa diversité.

Toutefois, soyons honnêtes: ce n’est pas une mince affaire! Ceci dit, et selon les mots de Nicholas Herd, une personne accueillie du Canada et membre comédien de «Sol Express»: «Tu peux le faire si tu crois que tu le peux!»

» Télécharger la version espagnole