Retour

Père Thomas

Père Thomas

Après avoir démissionné de l’armée, Jean Vanier désire suivre Jésus. À 21 ans, il rencontre, via ses parents, le Père Thomas Philippe. Ce savant dominicain, qui bénéficie d’une très grande réputation théologique, devient son professeur, le recteur de sa communauté d’étudiants et son père spirituel. Deux ans plus tard, le Père Thomas, sur des motifs tenus secrets, est interdit de ministère par Rome. L’élan de Jean vers le sacerdoce est brisé, sans pour autant que soit détruit un respect filial à l’endroit du Père Thomas. Les années suivantes, Jean continue sa formation théologique à l’institut catholique de Paris et commence à enseigner au Canada. En 1964, Jean visite le Père Thomas dans l’institution psychiatrique où il est aumônier. Cette rencontre avec les personnes qui souffrent de difficultés mentales et psychiques, appelle Jean à s’engager auprès d’elles. Le Père Thomas confirme la nature spirituelle de cet appel. Il encourage Jean à suivre Jésus par cette voie, même s’il ne partage pas nombre de ses orientations. L’Arche naît, grandit et se développe sous la direction de Jean, à partir de la première petite maison, où il vit avec Raphaël Simi et Philippe Seux. 

Le Père Thomas lui, se consacre de plus en plus à l’accompagnement spirituel auprès de son réseau de fidèles. Il meurt en 1993. Mais en 2014, des femmes adultes, sans handicap, témoignent avoir été victimes d’abus sexuel par le Père Thomas au cours de leurs entretiens. Immédiatement, à la demande des responsables de L'Arche, une enquête canonique est diligentée par l’évêque accompagnateur de L’Arche Internationale. La parole est donnée aux victimes. Les faits sont confirmés. L’Arche Internationale condamne fermement ces faits, et s’associe aux victimes, conscientes de la gravité de leur impact dans leur vie. 

 

Révélations sur les agissements du Père Thomas

Les actions menées par L’Arche

Depuis juin 2014, date à laquelle nous avons reçu les premiers témoignages sur les agissements du père Thomas, l’accompagnement des victimes et la recherche de la vérité ont été au cœur de nos décisions et de nos actions, dans le plus grand respect des personnes.

  • En juin 2014, nous avons reçu, ainsi que l’Église Catholique, les témoignages de deux femmes dénonçant des agissements sexuels graves à leurs encontre par le père Thomas Philippe dans le cadre de l’accompagnement spirituel, dans les années 70/80. Nous avons décidé, avec Mgr d’Ornellas et Jean Vanier, de demander une enquête canonique, sous la responsabilité de Mgr d’Ornellas, afin d’écouter les personnes et d’établir les faits. L’enquête - qui s’est déroulée entre décembre 2014 et mars 2015 - a permis de recueillir le témoignage de 14 personnes.
  • En mars 2015, L’Arche Internationale a été destinataire des conclusions de l’enquête canonique et les a diffusées dans une lettre adressée à l’ensemble des membres de L’Arche, et rendue accessible sur le site externe de L’Arche Internationale. Dans ce courrier, notamment l’AI «condamne fermement ces faits, conscients de la gravité de leur impact dans la vie des victimes. Nous réaffirmons nos regrets et notre compassion pour toutes les personnes concernées. De tels agissements nous conduisent inéluctablement à porter un nouveau regard sur la contribution du Père Thomas aux développements de L’Arche, et sur ses enseignements.»
  • En mai 2015, lors de la diffusion large du courrier de L’Arche Internationale, un courrier de Jean Vanier a également été diffusé où il reconnaissait les souffrances faites aux victimes par le père Thomas Philippe et où il exprimait sa compassion vis-à-vis des victimes et son incompréhension. 
  • En octobre 2015, le journal La Croix, auquel nous avons donné une interview, a publié un article intitulé « L’Arche fait la lumière sur la face cachée du P. Thomas Philippe »
  • Fin 2015, nous avons lancé un travail de relecture de la fondation de L’Arche que nous avons confié à 5 personnes, dont deux sont extérieures à L’Arche. Ils ont interviewé une quarantaine de témoins ayant vécu cette période, dans le but de préciser, selon eux, les rôles et places respectives de Jean et du père Thomas dans la fondation de L’Arche. Le travail de synthèse de ces témoignages a été publié en juin 2017 (voir document téléchargeable ci-dessous). 
  • Fin 2016, un point écoute tenu par des psychologues extérieures à L’Arche a démarré dans l’Oise afin de permettre à d’éventuelles victimes du père Thomas Philippe, qu’elles se soient ou non fait connaitre de L’Arche, de bénéficier d’une aide. Ce point d’écoute est élargi à toute personne qui se sentirait victime d’un abus de la part d’un membre de L’Arche. 

L’Arche Internationale est toujours en contact avec les victimes du père Thomas Philippe qui les ont contactées et essaie d’accompagner autant que possible leur guérison. En lien avec certaines d’entre elles, des actions symboliques comme une Eucharistie pour les victimes a eu lieu le 6 avril 2017 à la chapelle de Trosly.

Protéger la dignité de chaque personne humaine, à commencer par les plus fragiles, fait partie des missions mêmes de L’Arche et lutter contre les abus est bien entendu au cœur de nos préoccupations. Ces drames anciens qui sont révélés aujourd’hui ne font que renforcer notre détermination.

 

Lettre de Patrick Fontaine et Eileen Glass, en mars 2015

Article de La Croix, en France, le 16 octobre 2015

Lettre de Jean Vanier, en octobre 2016

Homélie de Mgr Pierre d'Ornellas lors de l'Eucharistie pour les victimes du Père Thomas, à Trosly Breuil, le 6 avril 2017

Rapport sur les rôles respectifs de Jean Vanier et du Père Thomas dans la fondation de L’Arche, publié en juin 2017